La douleur expliquée

La douleur expliquée en 4 piliers.


 

Les surcharges, les blessures ou les dysfonctionnements sont enregistrés par certains nerfs et transportés à la moelle épinière. De là, les stimuli sont envoyés au cerveau.

 

Pilier 1.  Les stimuli des endommages tissulaires ou dysfonctions de système musculosquelettique et les fascias sont enregistrés par les nerfs

               du « système nerveux somatique »

 

Pilier 2.  Les stimuli des endommages tissulaires ou dysfonctions dans les organes, les glandes, les vaisseaux et système d’immunité sont enregistrés par les nerfs du « système nerveux autonome »

 

Pilier 3.  Tous les stimuli des piliers 1 et 2 se rencontrent dans la moelle épinière et envoyés par des voies neuronales ascendantes vers les centres cérébraux.

La moelle épinière et le cerveau forment ensemble le « système nerveux central ».

 

Pilier 4. Au milieu du cerveau se trouve une zone, « système limbique », dans laquelle les stimuli entrants sont « testés » aux émotions, aux facteurs de stress, aux processus d’apprentissage, les facteurs environnementaux, etc. Tous ces facteurs peuvent renforcer ou inhiber les stimuli finals.

 

La communication entre les nerfs des quatre piliers se fait par des produits chimiques où

« Neurotransmetteurs. » Certains neurotransmetteurs sont très stimulants, tandis que d’autres sont très inhibitifs. En outre, tout cela peut encore être influencé par les hormones dans le système circulatoire et le système immunitaire qui peuvent également renforcer ou inhiber les signaux.

 

Quand et comment la douleur se produit-elle et dans quelle mesure la gravité de la douleur est-elle déterminée ?

Tous les signaux du corps, les émotions, les processus d’apprentissage, les facteurs environnementaux et bien plus encore sont traités dans le cerveau par un jeu de neurones qui se connectent les uns avec les autres.

Un « circuit de la douleur » se produit lorsque les différents centres cérébraux décident qu’il y a une menace, un danger. Ce circuit de douleur peut à son tour être renforcé ou affaibli.

Un circuit de peur (par exemple : la peur de se déplacer en cas de maux de dos) peut surmonter le circuit de la douleur et renforcer la douleur.

Un circuit de motivation (par exemple :  la motivation de finir les tâches, peut affaiblir le circuit de la douleur.

Ainsi, le cerveau détermine la gravité de la douleur, quelle que soit la gravité des endommages ou des dysfonctions.

La douleur doit être considérée comme un signal « amical », un facteur de protection.

L’ampleur de ce facteur de protection dépend des émotions, de la mémoire et des processus d’apprentissage.


Attention.

Des douleurs dans le corps ou le sentiment d’incomfort général peuvent se reproduire dans l’absence des endommages tissulaires ou dysfonctions. Un trauma émotionnel (agression sexuelle, perte d’une personne aimée…) peut perturber les circuits neuronaux normaux et créer des troubles dans les axes hormonales et nerveuses dans les corps avec des douleurs partout dans le corps. Lisez l’article sur les stress, burn-out, fibromyalgie sous le titre « autres informations »

 

 

Mobile:+32 (0)475/80.47.90

E-mail:     nico@pijncoach.be


Adresses:

- De Terlinestraat 10, 8600 Keiem-Dixmude

- Pratique de kiné "De Waterkant":

Pieter Deswartelaan 33A/003, 8620 Nieuwport-Ville

International Association for Manual Neurotherapy and Nerve Reflexology


Association pour la diffusion, les formations et l'assistance pour nos thérapeutes.


Cliquez sur le logo pour visiter la site.